Interview avec une artiste: Pam “Gogh” Marinelli

By 
David Charrier
 on 
Apr 24, 2019
Par 
David Charrier
 le 
24/4/2019
Interview avec une artiste: Pam “Gogh” Marinelli

Pamela Marinelli, aussi connue sous le nom de “Pam Gogh”, a reçu sa première commande de tableau à l'âge de 15 ans. Toujours souriante, elle est reconnue dans la communauté du handpan pour ses splendides œuvres d’art réalisées sur des housses rigides (hardcases).

👋 Hey, sister! Ça me fait trop plaisir de te recevoir sur le blog de MasterTheHandpan.

Pour tous ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi?

Ciao, mon pote! Bonjour à tous. Je suis italienne mais je suis, avant tout, une citoyenne du monde entier. L’art et la musique sont mes deux passions principales. Je suis aussi addict aux chats :o)

As-tu toujours été peintre?

Oui… et non. Je suis quasiment née un pinceau à la main. Quand j’étais toute petite, ma maman me laissait peindre sur les murs de la maison et je n’ai jamais arrêté. Au collège, on m’a donné le surnom de “Pam Gogh”, d’après Vincent. J’ai adoré et ça m’est resté depuis.

Cela dit, l’art n’était pas mon premier métier. À l’âge de 20 ans, je ne savais pas trop quoi faire, j’ai donc essayé beaucoup de choses. J’ai été barmaid, serveuse, agent de nettoyage des toilettes dans un hôpital, opératrice dans un centre d’appels, collectrice de fonds pour l’ONU, baby-sitter, institutrice en maternelle, enseignante en informatique dans une prison et artisan dans un atelier de verre.

Wow, ça fait beaucoup! Alors, comment as-tu débuté dans l’art?

Quel que soit le travail que je faisais, j’ai toujours peint pendant mon temps libre. Tous les soirs et tous les week-ends, je me concentrais sur mes commandes – principalement des tableaux et des fresques murales. Inspirée par Van Gogh, M. C. Escher, Frida Kahlo, Luis Tamani et Alex Gray, j’ai obtenu mon diplôme des Beaux-arts de Florence en 2006, sous la tutelle d’une enseignante exceptionnelle, Barbara Tosi. Quelques années plus tard, j’ai enseigné aux clients d’un fabricant de peinture acrylique en Toscane comment se servir de leur peinture et en faire de l’art. J’ai ainsi eu la possibilité de louer l’atelier situé à côté d’un de leurs magasins à Livourne. Je me suis donc installée toute seule et y ai enseigné l’art pendant deux ans. Je me suis régalée!
Puis, en 2012, je suis tombée très malade et j’ai dû abandonner. Les deux années suivantes ont été la seule période de ma vie où je n’ai pas peint. J’ai travaillé à Rome pour l’ONU, mais le manque de créativité m’a beaucoup manqué. Je suis donc retournée à Pérouse, suis devenue bouddhiste et me suis rendu compte que l’art n’était pas seulement mon destin, mais aussi ma guérison.

D’où est venue l’idée de peindre les housses de handpans?

Fin 2014, j’avais quitté mes emplois, acheté et restauré un ancien camping-car, et je parcourais l’Europe en vendant mes œuvres dans la rue, très heureuse en tant qu’esprit libre et artiste indépendante. En même temps, j’ai rencontré mon premier joueur de handpan. Je suis tombée amoureuse de son MDR Ré mineur, mais j’ai pensé qu’un instrument aussi magnifique méritait une housse tout aussi magnifique. L’année suivante, j’ai donc proposé à Alessio, de Hardcase Technologies (HCT), de peindre ses Evateks. J’en ai fait dix pour lui, puis je suis partie en Inde pendant 6 mois pour peindre une chambre d’hôtes et assister à mon premier festival de handpan, sans savoir si ces housses seraient populaires. Elles ont toutes été vendues en une semaine.

C’était le début de ma relation avec Alessio et Evatek. Quelle aventure!
À la même époque, Kabeção (Carlos Rodrigues) a vu l’une de ces housses à Griasdi et m’a appelée pour demander si je pouvais peindre sa maison au Portugal. Comme c’est un héros pour moi, j’ai tout de suite accepté. Nous avons passé une semaine ensemble à rire, à manger et à jammer. J’ai peint, il a joué – un concert privé rien que pour moi. C’était un moment magique. Un jour, Kabe a appelé l’un de ses meilleurs amis, Yhonatan Ale-Yahav, le fabricant de mon handpan préféré, le Yishama. Je lui ai offert de peindre son Evatek pour le remercier. J’ai tellement de chance d’avoir maintenant un hijaz Yishama A2 très profond qui me donne un « boum » au cœur! Je suis encore plus chanceuse que Kabe et Yhonatan soient devenus des frères pour moi.

On dirait que tu as beaucoup voyagé! Où est-ce que la vie t’a également menée?

Oui, avec ma vie et mes peintures dans un sac à dos, j’ai vu de nombreux endroits incroyables! À ce jour, j’ai peint plus de 120 Evateks à travers le monde. Je suis allée en Inde, au Maroc, en Algérie, au Kenya, dans le désert du Sahara, en Malaisie, en Israël, au Japon, à New York et dans une grande partie de l’Europe. Ces cultures uniques ont façonné qui je suis, m’ont donné une nouvelle famille, de nouveaux amis et ont influencé mon art.

Peux-tu peindre sur n’importe quel thème?

Oui, j’adore avoir pour défi de réaliser un design fou et compliqué!

Comment peins-tu les housses?

J’utilise des acryliques de la meilleure qualité qui sont imperméables et vraiment durables. Mon travail peut prendre entre 30 minutes pour un simple logo d’entreprise et 3 jours pour des motifs complexes et superposés tels que pour la housse de Yhonatan.

Parle-nous de tes autres projets artistiques…

Je suis très fière d’avoir collaboré avec Art for Heal, un projet de thérapie créé par un psychologue israélien pour aider les personnes à surmonter leur traumatisme à travers le dessin expressif. J’ai également travaillé en tant que bénévole pour Colouring Life, en peignant les murs d’hôpitaux et d’orphelinats du monde entier. Personnellement, j’ai survécu à un cancer de la thyroïde et à la maladie de Crohn, ce qui a donné à mon art une toute nouvelle signification et une philosophie très différente de la vie, axée sur un esprit positif et une guérison naturelle.

Depuis octobre, je développe des compétences de tatoueuse en utilisant des encres végétaliennes. J’ai rencontré des gens vraiment cool!

Alors, si on veut ajouter un peu de la “magie de Pam” à sa vie, où peut-on te trouver?

Je suis ravie d’avoir une nouvelle maison près de Rome. C’est une exclusivité pour toi, David, car je viens juste de recevoir les clés! C’est dans une forêt, au bord d’une belle rivière – parfait pour s’évader. Après avoir été sur la route pendant si longtemps, je suis impatiente de prendre racine. Je vais l’utiliser comme base pour des retraites et des projets de thérapie, ainsi que pour des projets artistiques à plus long terme.

Tout au long de l’année, je dessinerai également des flyers pour différents festivals, je peindrai dans les festivals et je collaborerai avec des musiciens en tant qu’illustratrice, ainsi que mon travail actuel en tant que décoratrice et tatoueuse.

Voici mon programme 2019:

  • Février: Belgique – une fresque murale pour Danny Stevens / Rome – ma première exposition avec Art for Heal.
  • Mars: Santarém (Portugal), Handpan Festival – peintures sur housses rigides.
  • Avril: Israël – une fresque murale et des tatouages.
  • Mai: HONA, Naxos (Grèce) – animation de mon premier atelier de peinture sur housses de handpan.

Voilà où s’arrête mon agenda pour le moment – en général, j’aime me laisser porter par le vent!

As-tu autre chose à ajouter?

J’ai hâte que la saison des festivals débute pour retrouver des bons amis et en rencontrer de nouveaux. Je suis à fond 24 h/24 :o)

Un énorme merci à toi Pam, c’est vraiment cool de mieux te connaître.

Qui a déjà eu sa housse peinte par Pam? Partagez-nous votre expérience en commentaire ci-dessous.

Si vous souhaitez passer une commande avec Pam, vous pouvez la contacter sur son site Internet : www.pamgogh.com ou sur sa page Facebook pour consulter la liste des festivals où elle sera présente pour peindre.

Tu peux aussi réserver ta place pour son atelier de peinture sur housses de handpans à HONA 2019 en mai.

No items found.

David Charrier

Player, Teacher, Blogger. Handpan Enthusiast.
Founder of Master The Handpan

David Charrier

Joueur. Prof. Blogueur.
Fondateur de Master The Handpan

You might also like...

All posts

Vous devriez aimer...

Tous les articles

Join the conversation

Joignez vous à la conversation